Comment il est possible de se faire écraser par un vulgaire caillou…

posté le 6 avril | 0 commentaire

Comment il est possible de se faire écraser par un vulgaire caillou…

C’est simple : donner lui plus d’importance qu’il en a ! Si quelque chose énerve le parent, l’enfant voit qu’il s’agit là d’un mur infranchissable que papa ou maman ne pourra jamais surmonter. Comment peut-il alors espérer le dépasser si même ses propres parents n’y arrivent pas ?

 

Prenons l’exemple de la colère. Si le parent lui accorde trop d’importance, l’enfant va l’utiliser à ses propres fins, la transformant en crise de rage. Plus le parent va réagir à ses crises, plus elles augmentent, pouvant devenir un vrai casse-tête pour l’adulte que ne s’en sort pas. La solution ? Prenez-le à contre pied : dès la première crise, prenez vous d’un fou rire !

 

Imaginons que l’enfant de 3 ans réclame des couches pour faire ses selles. Certains parents répondent à ses demandes. Ils mettent la couche, attendent qu’il se soulage et enlèvent la couche et le nettoient. Donnez-lui plutôt des couches en forme de slip. Placez-les dans un endroit commun de la maison et dites lui de se servir autant de fois qu’il lui faut pour ne plus en avoir besoin. Le problème n’en est plus un pour les parents et l’enfant s’en lasse.

 

Enfin, le problème de l’enfant qui suce son pouce : combien de parents n’ont-ils pas tout essayé pour dissuader ce pouce de rester en bouche ? Certains vont même jusqu’à blâmer l’enfant, voire le réprimander sévèrement. J’ai vu ainsi un père qui obligeait sa fille à regarder la télé les mains sur les cuisses. Des remarques volaient dans la pièce dès qu’elle sortait de cette position pharaonique. Comment imposer à un enfant rempli de vie à rester comme une statue ?! La nuit, les parents enveloppaient la main dans un gant de toilette, scotché à hauteur du poignet. Mais rien n’y faisait. Elle ne perdait pas le réflexe. Au final, c’est la relation entre l’enfant et ses parents qui s’est érodée. Toute cette énergie, ils auraient mieux fait de la placer dans quelque chose de plus constructif. Sachez une chose : vous ne pouvez changer personne ! L’autre ne peut changer lui-même que s’il est en sécurité et accepté pleinement et entièrement, sans risque de perdre votre amour. Oui, on ne deale pas avec l’amour !

 

Vous l’aurez compris : la meilleure solution est d’enlever tout stress à ces situations insolubles pour que l’enfant puisse voir que c’est tout naturel et qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Pour l’adulte, je conseille de toujours s’arrêter avant de s’exécuter, de procéder à un virage à 180 degrés et d’opter au final pour une action impromptue et insolite, à  l’opposé de ce qui, au premier jet, aurait été d’une platitude et d’une banalité ennuyeuse. Ce réflexe (180° pour sortir du banal) est à la fois enrichissant et vous sort de l’ennui. J’en suis certain, cela vous sortira de nombreuses impasses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.