Un remède naturel ultra-efficace contre les conjonctivites

posté le 15 mars | 6 commentaires

Un remède naturel ultra-efficace contre les conjonctivites

Œil gonflé, rouge et irrité, la conjonctivite n’est pas forcément douloureuse. Si en plus il y a du pus, elle est plus impressionnante qu’autre chose. Si votre enfant a déjà eu ce type de désagrément, vous avez sans doute déjà connu l’angoisse des parents face à cette maladie déformante et invalidante. Testez cette petite recette naturelle, et en moins de deux jours, tout rentrera dans l’ordre.

 

 

 

 

Nettoyez les paupières avec du géranium

Si vous avez des géraniums sur votre balcon, cueillez une poignée de feuilles, nettoyez-les, puis trempez-les dans un récipient rempli de trois verres d’eau, pendant 5 minutes

 

Amenez ensuite à ébullition.

 

Eteignez le feu et laissez infuser 15 minutes.

 

Lorsque l’infusion est à température du corps, tamponnez les yeux avec un coton imbibé toutes les heures, ou posez le simplement sur la paupière close pendant quelques minutes, et renouvelez toutes les heures (la nuit, ne le faites pas, sauf si cela l’empêche de dormir).

Feuilles de géranium

Même en décoction – c’est-à-dire en faisant bouillir suffisamment longtemps pour qu’un quart du liquide s’évapore – la recette fonctionne.

Si vous n’avez pas de géranium sur le balcon, pas de panique ! Vous pouvez allègrement vous rendre dans une herboristerie ou un magasin bio et acheter une tisane de géranium. Cela fera l’affaire.

 

Attendez-vous à d’agréables surprises. Après seulement quelques applications, les changements sont déjà perceptibles.

 

 

 

 

Supprimez tout ce qui fragilise l’organisme

Eliminez momentanément les produits laitiers et les sucres de l’alimentation de votre enfant. Ce sont des toxiques pour le corps. En les consommant, l’organisme va devoir lutter contre les déchets qu’ils engendrent, épuisant à petit feu le système immunitaire, alors qu’il devrait être mobilisé pour l’infection qui a lieu plus haut.

 

Pack de laitVérifiez-le sur vous ! Remplacez un repas par des produits laitiers (lait, yaourt, fromage, crème fraîche, beurre) et observez-en les conséquences : le nez se bouche (les muqueuses gonflent), les glaires s’épaississent (les sécrétions deviennent pâteuses), et s’installe une espèce de mal être au niveau de la tête, occasionnant irritabilité et nervosité. Certaines personnes auront même du mal à respirer.

 

Si vous ronflez déjà naturellement, attendez-vous à ronfler de plus belle cette nuit là !

 

Faites la même expérience avec le sucre. Goinfrez-vous en le soir, avant de vous coucher et observez les réactions dans votre corps. Le cœur se mettra à frapper fort dans la poitrine, la température du corps augmentera et vous gesticulerez toute la nuit dans votre lit, sans réussir à trouver une position confortable pour dormir.

 

Le réveil sera difficile parce que votre corps n’aura pas récupéré, malgré que vous ayez dormi !

 

 

 

Et si, de surcroit, vous aviez le nez qui coule légèrement la veille, attendez vous à vous lever avec un vrai rhume au matin !

 

 

La consommation de sucres et de produits laitiers doit absolument être réduite à l’approche de l’hiver, et encore plus dès les premiers signes de refroidissement.

 

 

 

 

Homéopathie

Même s’il est préférable de correspondre exactement aux symptômes que présente le malade, certains remèdes homéopathiques ont un spectre d’action suffisamment général pour représenter une aide de première urgence non négligeable.

 

  • Eupatorium Perfoliatum, 1 tube 7 CH, 2 granules toutes les deux heures au début, puis espacer la prise au fur et à mesure de l’amélioration. Il est très efficace pour les états grippaux avec yeux gonflés et douloureux, pouvant être accompagnés ou non d’une toux avec irritation des bronches.

 

  • Aconitum Nappelus, 1 tube 7 CH, 3 granules trois fois par jour, lorsque la maladie est apparue brutalement, comme un cheveux dans la soupe.

 

Vous trouverez d’autres remèdes homéopathiques, mais ces deux-là doivent vraiment faire partie de votre trousse à pharmacie. Vous les utiliserez souvent et avec des résultats parfois impressionnants.

 

 

 

 

 

N’en faites pas trop. Rassurez votre enfant et surveillez l’évolution. Si cela ne s’améliore pas, n’hésitez pas à consulter le pédiatre pour avoir son avis. Mais vous serez surpris de constater des améliorations spectaculaires avec le géranium, même là où certains antibiotiques ont été totalement inefficaces. Et si vous adaptez l’alimentation en fonction des saisons (en diminuant drastiquement laitages et sucres en hivers, par exemple), vous éloignerez tous les tracas hivernaux de votre bienheureuse petite famille.

 

 

Wladislas BARATH

6 commentaires

  1. Merci pour ce remède contre l’affreuse conjonctivite! Elle m’aurait bien servie il y a quelques semaines!

    Quant au lait et au sucre, combien de fois ai-je dit à mes élèves ou d’autres personnes me demandant conseil à cause d’un gros rhume, de surtout éviter le sempiternelle lait chaud au miel qui fait plus de mal que de bien!

  2. Bonjour !
    Merci pour ce site très intéressant. Peut-être puis-je apporter ma petite pierre à l’édifice en donnant un autre « truc » pour enrailler une conjonctivite.
    Si vous allaitez, vous pouvez laver l’œil de votre enfant avec une compresse stérile non tissée imbibée de lait maternel.
    De même, si votre enfant a un rhume, vous pouvez lui faire un lavage de nez avec votre lait ; s’il a une otite, mettez-lui une petite goutte de votre lait dans l’oreille ; s’il a de l’eczéma, recueillez la « crème » du lait maternel (qui remonte en surface quelques heures après avoir tiré le lait) et appliquez-la sur les plaques.
    Le lait maternel a des vertus insoupçonnées !

    • S’il vous plaît pour ce qui est du lait maternel dans le traitement des conjonctivites, faut-il que ce soit le lait de la maman biologique de l’enfant ou c’est possible avec celui d’une autre maman qui allaite? Merci.

  3. Bonjour,

    J’aime beaucoup cette idée naturelle, surtout sur un problème récurrent comme la conjonctivite qui amène souvent à des traitements antibiotiques sans fin n’entraînant qu’un cercle vicieux. Néanmoins est-ce possible de l’utiliser dès le plus jeune âge, notamment sur des nourrissons de quelques mois voire quelques semaines car à ce moment les conjonctivites sont souvent fréquentes?

    Merci par avance pour votre réponse.

    Charlotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.